Poesies

SpleenAmitiéAmourMes favorisPhilosophie de vieSociétéNatureÉrotiquesInclassable...

L'aéroport

Quelques heures au milieu de cette autre ville "which never sleeps"
Petit kaléidoscope de vie.
Une belle opportunité pour voir, imaginer des histoires, des vies, des pleurs, des joies

Je me suis posé là, ce n'est pas mon choix,
Je m'apprête à passer une longue soirée
Avant qu'un oiseau blanc ne vienne m'enlever
De cette insomnie forcée aux Pays-Bas.

Pas d'abus cette fois, je ne veux m'évader
D'un paradis artificiel qui fait la joie
De milliers de touristes en manque de liberté ;
Ce soir, je découvre Schiphol une nouvelle fois.

Pays de tolérance qui perd chaque année
Un peu d'indépendance et d'idéalisme,
Il n'en demeure pas moins mon pays de liberté,
Celui de l'être aimée et paradis du féminisme.

Au bar des arrivées, je fais le plein d'énergie
Banderoles et cotillons se mélangent aux ballons
Les coucous se mêlent aux accolades
Quand ceux ne sont pas de franches embrassades

En groupe ou en solo, ici personne ne tolère les contre temps.
Rares sont les demi notes ou les demi mots,
Tout se joue ici pianissimo ou fortissimo.
Regards fuyants à la recherche d'un fantôme absent,

Sourires vibrant d'émotions quand on embrasse ses enfants,
Des yeux humidifiés quand on retrouve ses parents,
Regards plissés par la lumière artificielle ou regards radieux
Ceux pressés qui perdent déjà un temps précieux

Un mari qui rentre de voyage, un amant qui emménage,
Tout ici s'entrecroisent sans limite de nationalité ou d'âge...
Un ami qui revient de loin, des retrouvailles qui se présentent bien,
On côtoie soleil et grisaille sur ce terrain à ciel ouvert vers le lointain.

Partis des arrivées, je suis chargé de sentiments à fleur de peau
Prêt pour embarquer vers ce nouveau monde des départs « bientôt ».
La notion ici parait superficielle dans cette « ville » sans sommeil,
Où règne l'empire des cents dans des boutiques aux merveilles.

Après un calme de courte durée ; deux heures où le monde semblait en grève,
L'effervescence et excitation sur fond de machines à sous tournent sans trêve
Il est trois heures trente et la vie reprend ses droits
Avec les plus courageux qui n'ont pas eu le choix

De voler plus tard, un regret de sommeil en partance.
Face à une foule de valises qui roulent en silence
On embarque sur un tapis glissant à toute vitesse
Le rythme a changé, maintenant on se presse...

Les sourires se transforment en regards tendus
Le tic tac des montres berce les plus convaincus.
Il y a le businessman déjà stressé par sa journée,
Qui ne fait que commencer dans son costume plissé.

Les équipages s'apprêtent à affronter les éléments,
Blasés mes souriants : déformation professionnelle surement.
Il y a les retraités faisant la fortune des commerçants, amusés
Par ces bébés au portefeuille remplis de besoin d'acheter.

Les mamans speedées de peur d'être refoulée
Devant les portes d'embarquement
Suivies de prêt par leurs maris résignés,
Qui savent que rien ne ferme 1 heure avant.

Il y a les amoureux qui partent en voyage,
Des rêves plein la tête et des doux présages.
Ceux pour lesquels on se demande ce qu'ils font vraiment là,
Voyageurs transparents qui ignore s'ils partent ou pas.

Il y a les fêtards qui partent au petit matin,
Après une nuit d'excès bien chargée,
Moi aussi, j'y avais pensé... ce n'aurait pas été malin
Je n'ai plus 20 ans et le plaisir d'écrire m'a tempéré.

Un arrière goût de regret dans la gorge,
Je sourie à cette vie passée sans m'en lasser,
Regarde ma montre, c'est le moment d'embarquer
Pour rejoindre cette nouvelle vie que je me forge.

News

Création du site de Semeur d'Amour
Après plus de deux années d'écriture "à temps perdu", je suis prêt à partager sur un site dédié le tra...
Notre actualité poétique et musicale
Voici notre actualité créative au quotidien, le pas en avant, les deux pas en arrière... "Nos amis, nos amours, nos emmerdes" en quelque...
Equipes

Piano : Sébastien Damiani


 


Paroles : Semeur d'Amour

Les dernieres poesies

Transparence
L’iceberg s’est retourné dans l’eau à moitié pleine Dans un fracas de glace, le miroir de moi-même En toute la t...
L'éveil des sens
Regarde la douleur, cette ennemie passée Noyée dans l’océan de tes peurs, de nos larmes Engloutie dans l’abysse épilo...
Faire l'amour au plus prêt de la vérité
  Partons à la découverte de ce monde inexpliqué Paradis lointain que deux êtres veulent explorer Dans l’Amour originel...
My funny Valentine...
Et cette rose là, Que je ne t’offrirai pas, ne fanera jamais Car baignée dans le sans, les larmes d’un jardinier Qui ne connait ni ...
Tatouée sur ma peau
  Ma peau buvard s’imprègne Quintessence de vie qui vient puiser sa source à l’encre de mon âme. Peu à peu ell...

Mes decouvertes

Les images de ma passion (En acrostiche)
Je voyage avec mon pinceau à la porte ouverte de ton corpsAdoucissant les contours, raffinés aux couleurs arc-en-cielInspirer d’un reflet...
Le jardinier des coeurs
Il est un jardinier qui cultive les motsChaque fleur est une lettre où s’agrippe une rimeEn formant un poème à l’ardeur cres...
Le paradis existe , puisque l?enfer est là
Du béton de partout engéôle l’espoir ,Des rêves placardés un peu sur tous les mursClandestins refoulés , recrac...
Je te sens
Je vous sensDans chaque souffle qui effleure mon pas lesteJe vous sens dans mes vers, à chacun de mes gestesTel un ouragan qui tambourine à ma ...
Ivresse d'Amour
Je veux t’enivrer de mon corps mon amour De mes effleurements envoûter tes pourtoursJe veux te faire sombrer à l’ivresse de mes main...