Poesies

SpleenAmitiéAmourMes favorisPhilosophie de vieSociétéNatureÉrotiquesInclassable...

Faire l'amour au plus prêt de la vérité

Un texte plus analytique que poétique... en espérant toucher du doigt le beau et l'émotion de ces instants suspendus

 

Partons à la découverte de ce monde inexpliqué

Paradis lointain que deux êtres veulent explorer

Dans l’Amour originel et la co-naissance du nous

Dans ce désir d’éternel, l’intensité du happy few.

 

Ils sont peut être un énorme contre-pied

Celui ou celle qu’on aurait jamais imaginé

Ou encore la profession de foi du convaincu

Celui ou celle qu’on sait avoir toujours attendu.

 

Ils ont décidé de se donner mutuellement

Pour un instant ou pour l’éternité

Ils se désirent d’une telle intensité

Qu’ils échappent à tout, au monde, au temps.

 

L’innocence renait quand on baisse ses défenses,

Quand on tombe l’armure et on ose faire confiance

Ils ont laissé derrière eux leurs mémoires,

Déposé le fardeau des douleurs, des espoirs

Il n’y a ni tabou, ni pression, plus de rôle, d’obligation

Juste un désir impérial et ce rêve fou de fusion.

 

A la fois si personnelle et si partagée,

Cette fusion indépendante de toute volonté

Interpelle l’intellect, initie l’émotion

Aux sourires de l’affect parcouru de frissons

Dans cet art de donner et recevoir pour mieux se retrouver

Un besoin de tendresse impose l’action, authentique insensée.

 

Chaque mot, chaque geste, chaque regard, chaque soupir

Est emprunt d’une telle justesse, d’un tel hymne au désir

Qu’il est simplement impossible de douter de leur vérité

Ils sont nus, libres, authentiques et entier... à égalité.

 

Chacun s’apprête à plonger en apnée dans l’immensité

Comme on tombe d’une falaise sans pouvoir se blesser,

On n’est plus centré sur soi car entièrement offert

On n’est plus vraiment soi quand la magie opère...

 

Ces premiers pas de danse, maladroits, hésitants

S’ajustent au fil des minutes sur des rythmes lancinants

Cette envie de s’offrir, faire plaisir, donner le meilleur de soi,

Devient chorégraphie improvisée d’artistes de l’immédiat.

 

Plus rien n’existe tant l’engagement est total

Dans l’omniprésence d’une promesse physique et mentale

Ils se veulent attentifs, attentionnés, insatiables

Loin des contraintes, de l’hypocrisie, du raisonnable

L’extase de l’impalpable, découvertes  insoupçonnées

Comme l’aveugle dessine un visage au touché...

 

Sans un mot s’exprime la liberté d’expression

Ils lisent l’un en l’autre en décryptant l’émotion

Qu’elle soit excessive ou bien posée

Ils perçoivent le beau dans un soupir libéré.

Quand l’intensité d’un baiser dit tout en laissant sa trace

La douceur d’une caresse, elle, s’appuie puis s’efface

Pour hurler un je t’aime silencieux

Qui s’évapore dans les vapeurs d’autres cieux.

 

Ils déchiffrent les silences, répondent aux regards

Ils explorent en corps raccord les plaisirs cabochards.

Quand la communication devient communion

Ils comprennent sans s’exprimer, entendent sans un son

L’invitation à s’évader dans les plaisirs capiteux

Libres de s’envoler pour aller toucher Dieu.

 

Dans l’étreinte fulgurante quelque chose se transmet

Un nouvel espoir qu’on ne peut empêcher.

Les sens se décuplent dans une bulle de savon

Qui virevolte légère dans le feu des passions

Les différences s’embrassent dans la joie, le bonheur

Et l‘intellect s’embrase dans la profusion de ferveur.

 

De cette Union au plus prêt de la vérité

Naît un nouveau savoir qui ne peut s’enseigner.

On est le meilleur de soi dans cette irréelle fusion

On conjugue la bonté, générosité et l’Amour émotions

Sans pour autant s’en rendre compte.

Dans cette course contre la montre

Pas de compétition ou de comparaison possible

Pour ces âmes en perdition aux sens imprévisibles.

 

Il n’y a ni vainqueur ni perdant, juste la métamorphose

De deux âmes papillonnant dans la plus belle des osmoses

Plus vivants, plus vibrants dans l’emprise des délices

Plus aimants et plus grands dans l’ultime sacrifice.

 

Ils se perdent sans vouloir se retrouver, ils en veulent encore

Ils retardent le plus longtemps la séparation des corps

Synonyme de scission et de retour dans un réel ordinaire, casanier

Où les plaisirs sont partout sans pour autant avoir ce goût d’éternité.

 

Comme il est doux de vivre dans ces instants présents

Quand la Magie s’écrit, tout s’efface et l’on suspend le temps.

 

 

Inspiré d’un Texte de Camille Laurens (Laurence Ruel de son vrai nom),

pour son dernier essai « Encore et jamais »,

Professeur à Sciences-Po, elle a obtenu le prix Femina pour « Dans ces bras là »

News

Création du site de Semeur d'Amour
Après plus de deux années d'écriture "à temps perdu", je suis prêt à partager sur un site dédié le tra...
Notre actualité poétique et musicale
Voici notre actualité créative au quotidien, le pas en avant, les deux pas en arrière... "Nos amis, nos amours, nos emmerdes" en quelque...
Equipes

Piano : Sébastien Damiani


 


Paroles : Semeur d'Amour

Les dernieres poesies

Transparence
L’iceberg s’est retourné dans l’eau à moitié pleine Dans un fracas de glace, le miroir de moi-même En toute la t...
L'éveil des sens
Regarde la douleur, cette ennemie passée Noyée dans l’océan de tes peurs, de nos larmes Engloutie dans l’abysse épilo...
Faire l'amour au plus prêt de la vérité
  Partons à la découverte de ce monde inexpliqué Paradis lointain que deux êtres veulent explorer Dans l’Amour originel...
My funny Valentine...
Et cette rose là, Que je ne t’offrirai pas, ne fanera jamais Car baignée dans le sans, les larmes d’un jardinier Qui ne connait ni ...
Tatouée sur ma peau
  Ma peau buvard s’imprègne Quintessence de vie qui vient puiser sa source à l’encre de mon âme. Peu à peu ell...

Mes decouvertes

Les images de ma passion (En acrostiche)
Je voyage avec mon pinceau à la porte ouverte de ton corpsAdoucissant les contours, raffinés aux couleurs arc-en-cielInspirer d’un reflet...
Le jardinier des coeurs
Il est un jardinier qui cultive les motsChaque fleur est une lettre où s’agrippe une rimeEn formant un poème à l’ardeur cres...
Le paradis existe , puisque l?enfer est là
Du béton de partout engéôle l’espoir ,Des rêves placardés un peu sur tous les mursClandestins refoulés , recrac...
Je te sens
Je vous sensDans chaque souffle qui effleure mon pas lesteJe vous sens dans mes vers, à chacun de mes gestesTel un ouragan qui tambourine à ma ...
Ivresse d'Amour
Je veux t’enivrer de mon corps mon amour De mes effleurements envoûter tes pourtoursJe veux te faire sombrer à l’ivresse de mes main...